La Terre, parallèle à celle que nous connaissons, s'apprête à se faire charcuter par de nouveaux occupants, non pas arrivés de l'espace, mais tout droit sortis de ses entrailles... !
Navigation :: Éclipse Terra, le monde d'au-dessus
FAQ :: Rechercher :: Membres :: Groupes :: S’enregistrer :: Profil :: Se connecter pour vérifier ses messages privés :: Connexion

[Boyer] Maison de Rodym

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Éclipse Terra, le monde d'au-dessus Index du Forum -> Archives -> Toutes les archives -> En Jeu
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Rodym
Invité





MessagePosté le: Dim 1 Juin - 16:42 (2008) 
Sujet du message: [Boyer] Maison de Rodym
Répondre en citant

À peine conscient, il se souvenait seulement de s'être laissé tomber dans les bras d'Amèlia. Qu'aurait-il pu faire d'autre? Cela lui avait demandé un grand effort seulement pour les faire redescendre de cet immeuble. Au moins, avait-elle approuvé ses directives. Cela aurait été trop imprudent d'attirer l'attention sur lui, en plus de l'incident qui s'était produit à sa propre bibliothèque. Si les autorités le voyaient blessés, il aurait encore plus d'ennuis par la suite. Se laissant guider par sa nouvelle... amie? Peu importe, ils finiraient par se rendre jusque chez lui, même s'il ne cessait de trébucher et de les ralentir. Mais bon, c'était pas comme si l'Ahrannken faisait exprès. Son était ne l'aidait pas particulièrement à coordonner ses mouvements comme à l'habitude. Il perdait encore du sang, mais cette fois en plus petites quantités. Il s'était inquiété au départ que l'écoulement ne s'arrête pas, mais tout rentrait dans la normale maintenant.

Ils finirent par s'arrêter quelque part, du moins il le crut, tout bougeait autour de lui et sa vision était brouillée. Il était fatigué... Pourquoi ne pas s'endormir ici? Sa vision était composée de flou et de flash noirs se succédant au décor devant lui. Probablement ses paupières qui se fermaient par moments. Il sentit qu'on le déposait contre quelque chose, et ses ailes étaient contre un mur. Il voulait les replier un peu plus, c'était inconfortable, mais n'était pas vraiment en état de le faire. À vrai dire, notre bibliothécaire était carrément hors de service... Ce genre de journées n'était pas du tout son quotidien. Disons qu'on ne pouvait pas dire de lui qu'il était un combattant hors pair.

Il sentit quelque chose se serrer autour de sa blessure, et aurait laissé échapper quelques gémissements de douleur s'il l'aurait pu. Il ne sentait pas la force de parler, ni de bouger, mais le faisait un peu quand même. Il abandonna son idée de s'endormir, quelqu'un n'arrêtait pas de lui parler, seulement il ne comprenait rien, et n'était pas trop sûr de qui... Mais si son but était de l'empêcher de dormir, il ou elle réussissait. Il se sentit aller plus haut, il s'était probablement relevé. Il entendit quelque chose à propos d'une maison, et se souvint qu'ils allaient chez lui... Peu importe qui l'accompagnait. Il essaya faiblement de répondre par l'affirmative, mais sans succès.

Il faillit perdre connaissance, carrément durant un moment, alors qu'ils entraient enfin chez lui. Il reconnaissait la légère odeur d'encens à la lavande dans l'air, un de ses parfums préférés. Ensuite, il remarqua qu'il était couché dans un lit. Son lit... Il finit par s'en rendre compte et reprendre un peu de ses sens. Se relevant légèrement, avec peine, il termina de replier ses ailes avant de retomber lourdement dans le lit. Ah, c'était mieux comme ça. Enfin chez soi, tranquille... Il regarda à sa gauche, et, assise sur une chaise devant le lit, il y avait une femme. Qui était-ce, déjà? Ah, oui... Amèlia... Il se souvenait, maintenant que ses idées se remettaient en place. Il l'entendit ensuite demander comment il allait. Alors là, il ne put s'empêcher de répliquer.

-Comme si un troupeau d'éléphants obèses m'avaient marché dessus... Tout va bien dans le meilleur des mondes.

Sa voix restait encore faible, mais son ton habituel avait repris sa place. Il se mit à penser à la bibliothèque, ensuite, aux deux hommes enfermés, au mur défoncé, et aux autorités qui ne tarderaient probablement pas à envahir les lieux. Qu'allait-il faire... Peu importe comment il réfléchissait, il ne trouvait pas... Ça l'enrageait. Allait-il devoir fermer, à moins d'une bonne histoire? Rodym avait beau réfléchir, il ne trouvait rien. Mécontent, il se releva subitement pour être à moitié redressé dans le lit.

-Ah, et merde!

Lâcha-t-il, pour aussitôt regretter de s'être levé. Une main sur sa blessure, il laissa échapper un autre juron, plus obscène encore. Il avait vraiment mal, il n'aurait pas dû se redresser si brusquement. Les traits crispés par la douleur, il ne bougeait tout simplement plus, regrettant son idiotie du moment. Mais il devait tout de même trouver un moyen pour sa bibliothèque... C'était évident qu'il ne pensait qu'à ça.

-Ah et merde... Je vais leur raconter quoi, aux policiers... Y a un mur complet de ravagé... Deux hommes enfermés... Et des traces de sang en arrière s'ils remontent jusqu'à ça... Peut-être même des traces qui remontent jusque chez moi... Qu'est-ce que je vais faire...

Dit-il en penchant la tête, attendant que la douleur se calme pour se recoucher.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 1 Juin - 16:42 (2008) 
Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Amèlia
Invité





MessagePosté le: Sam 19 Juil - 18:51 (2008) 
Sujet du message: [Boyer] Maison de Rodym
Répondre en citant

Amèlia ne reconnut pas immédiatement l'odeur qui flottait dans l'air. De la lavande... son parfum favori. Elle humma doucement l'air tout en observant le bibliothécaire. Il s'était relevé un peu. Ne voyant plus ce qu'il cachait, elle en déduit tout de même qu'il plaçait ses ailes. Après qu'elle eut demander comment il se sentait, il lui dit ''Comme si un troupeau d'éléphants obèses m'avaient marché dessus... Tout va bien dans le meilleur des mondes.'' Oh! Sarcasme... en fait, ce n'était pas ça la question. Elle voulait dire s'il souffrait encore beaucoup. Elle voulait l'aider voilà tout... Rodym se releva d'un coup, maintenant à moitié redressé et s'écriant ''Ah, et merde!'' Puis il porte une main à sa blessure en blasphèmant. Tout crispé, il était immobile et, intérieurement, Lia se dit qu'elle aurait dû l'empêcher de se lever. Mais c'était fait maintenant et elle se contenta de tourner la tête pour examiner l'endroit. La plupart des hommes n'aimaient pas qu'une femme les voit souffrir alors elle resta plutôt discrète.

L'endroit était plutôt simple même un peu pauvre. Mais c'était propre. [Je veux pas trop décrire, je laisse ça à ta discrétion]. Elle revint rapidement à son nouvel... ami? quand il reprit la parole ''Ah et merde... Je vais leur raconter quoi, aux policiers... Y a un mur complet de ravagé... Deux hommes enfermés... Et des traces de sang en arrière s'ils remontent jusqu'à ça... Peut-être même des traces qui remontent jusque chez moi... Qu'est-ce que je vais faire...'' Qu'est-ce qu'il allait faire?? C'était totalement... comique comme question! Elle, elle le savait. Très bien même! Toute l'histoire se formait déjà dans sa tête. Qu'allait-il raconter? Mais c'était tout simple! La princesse d'Espagne était dans sa bibliothèque, l'occasion rêvé pour un homme malfaisant de se faire beaucoup beaucoup d'argent! Deux hommes étaient tout simplement entré en force dans la batisse, ont cogné ses gardes (elle dirait qu'ils ont été drogués pour expliquer ce qu'ils avaient vu) et c'était tout aussi simple et ce bibliothécaire lui aurait sauvé la vie. Et, c'était pas fini, elle demanderait à ce qu'il boucle l'affaire et ne fasse pas plus de bruits car elle préférait plus que tout rester discrète dans ces moments-là.

Deux pierres d'un coup, la réputation de Rodym était sauvé et elle restait discrète. N'était-ce pas la meilleure des idées? Souriant doucement, elle tourna son regard vers ses mains puis le releva pour regarder franchement l'Ahrannken. Elle le trouvait beau, voir séduisant même. Et, bien que les autres humains, qui n'avaient absolument aucune ouverture d'esprit, trouvait cette espèce laide, elle, elle la trouvait magnifique. Ce devant tellement être fascinant d'avoir des ailes! Et si ce n'avait pas été si rapide et en catastrophe, elle aurait pleinement apprécié le petit voyage qu'elle-même avait fait! Le vent dans les cheveux, le sol qui s'éloignait doucement, les pieds balants au-dessus d'une terre qui semblait parralèle, petite et toute simplette à côté de la vue d'en bas quand tout à l'air gigantesque! Prenant la parole, elle accompagna ses mots d'un petit sourire, ravie d'avoir la solution au problème de l'homme devant elle:

- Vous savez Rodym, la solution est en fait fort simple! N'oubliez pas que je suis une princesse. Donc, je représente la richesse et l'abondance. C'est facile de dire que des hommes malfaisants ont voulu faire cela en grand et ont démoli votre mur et assomer mes gardes. Si vous voulez, je pourrais même retourner sur les lieux pour le leur dire... Pendant que vous reprendrez des forces. Et, pour précisez ma précédente question, je voulais plutôt savoir si vous souffriez beaucoup, et là j'ai eu ma réponse, et surtout, où vous avez mal. Je m'y connais plutôt beaucoup en soin et je pourrais vous aider là aussi. Alors? Mon idée vous va?

Comme elle était fière de son idée! Et peut-être même que cela se voyait... Mais bon, elle voulait réellement aidé ce pauvre homme et, d'une façon ou d'une autre, elle se sentait coupable. Pourquoi? Allez voir! Elle n'en avait aucune idée elle-même mais c'était comme cela et elle n'avait rien à faire, elle ne le pouvait pas et ne le voulais pas non plus d'ailleurs. C'était un Ahrannken, l'espèce la plus magnifique de la Terre (et même pas de là peut-être aussi) était devant elle, souffrant, et elle voulait faire de son mieux pour lui apporter l'aide qu'il méritait grandement, pauvre amnésique oublié de ses proches (peut-être) et qui ne connaissait même pas sa propre race. Il était à plaindre sérieusement mais c'était plus que de la pitié qui la poussait à agir ainsi envers lui. C'était même plutôt un bon début d'amitié qui durerait peut-être très longtemps...


[Bah... pas énormément plus long mais je trouve que ça fait une bonne fin ^^!]
Revenir en haut
Rodym
Invité





MessagePosté le: Dim 7 Sep - 13:07 (2008) 
Sujet du message: [Boyer] Maison de Rodym
Répondre en citant

Toujours redressé dans son lit avec cette douleur lancinante au torse, il regardait son logis sans trop prendre compte de ce qui se passait en ce moment. Ce n'était pas très grand comme habitation, mais il avait tout ce dont il avait besoin. Une cuisine, une salle de bain, l'eau chaude, une chambre, ainsi qu'une petite bibliothèque, bien entendu. On pouvait y retrouver des livres sur tous les sujets, qu'ils soient instructifs ou non. L'endroit était toujours en ordre, Rodym était très méticuleux, raison pour laquelle il aimait son travail lorsqu'il devait remettre tous les livres au bon endroit. La décoration était sobre, mais tout de même de bon goût.

Quelques oeuvres d'art par ci, par là, tableaux, statuettes, ce genre de choses. Mais ses préférées restaient surtout les recueils de poèmes contenus dans sa bibliothèque personnelle. Son préféré demeurait Les fleurs du mal, de Charles Baudelaire. Publié en 1857, le 23 juin exactement, il était heureux d'avoir réussi à en dénicher un exemplaire. Il se souvenait de la date exacte de sa parution, comme la plupart des livres qu'il possédait. Sa mémoire était quasi infaillible... Après qu'il ait terminé de faire le tour de sa maison du regard, et d'exprimer ses craintes, Amèlia lui exprima un petit sourire avant de lui exposer son ''plan''.

C'était vrai, aussi... hmm, elle était une princesse, donc c'était tout à fait plausible ce qu'elle lui racontait ! Mais pourquoi était-elle prête à aller si loin, à compromettre son identité pour quelqu'un qu'elle venait à peine de connaître ? Il n'en savait trop rien mais lui serait reconnaissait. Seulement, qu'adviendrait-il de son voyage ? Est-ce que de révéler qui elle était aux autorités risquait d'amener de vrais assaillants pour s'emparer d'elles ? Après tout ceci serait probablement diffusé dans les journaux et si elle témoignait, on entendrait parler d'elle. Que faire dans ce cas ? Il ne pouvait accepter son offre généreuse, même si elle semblait fière de son idée. Mais bon, ils devraient prendre le temps d'y réfléchir, à la place.

Ce plan était trop spontané et comportait plusieurs lacunes. En plus, il n'était pas prêt à se déplacer pour le moment, sa blessure le faisait trop souffrir. En plus, c'était probablement trop imprudent pour elle de se déplacer seule si elle allait publiquement révéler qui elle était. Donc, sans comprendre pourquoi puisque ce geste était totalement inutile, il prit la main d'Amèlia et lui sourit, tout en lui apportant sa réponse.

-Pardonnez moi, mais je ne peux vous faire ceci. En premier lieu, votre visite ici serait compromise, et un attentant réel pourrait se produire. De plus, si je reste ici tandis que vous allez là bas, vouspourriez avoir des ennuis sur le chemin du retour, et peut-être pire. Je ne vous laisserai pas gâcher votre voyage pour un incident produit par ma faute. Vous étiez simplement au mauvais endroit au mauvais moment. Je sais qu'il faut agir, et je suis d'accord en partie avec votre plan, mais révéler que vous êtes une princesse est impensable. Il vaut mieux réfléchir à la situation avant d'agir. Il faut trouver un autre rôle pour vos gardes, ainsi qu'une autre raison de l'attaque dans ma bibliothèque. Alors s'il vous plaît, prenons le temps d'y retourner ensemble avec une meilleure solution.

De son côté, il réfléchissait aussi. Il se basait sur l'idée que les gardes avaient été drogués, pour les deamons et son apparence hideuse... Lui qui n'était censé qu'être un bibliothécaire, adieu la vie tranquille pour quelques temps. En fait, il avait une idée qui pourrait être valable si elle était développée. Il avait un ami qui s'occupait d'un musée dans la ville, et comme Rodym était très discret et que sa bibliothèque était peu fréquentée, il lui avait confiée une œuvre d'art qui devait être expédiée au musée dans peu de temps. Justement, ce n'était pas totalement faux. Sa valeur était immense, en effet, d'un point de vue artistique et beaucoup de collectionneurs auraient voulu s'en emparer avant les enchères. Donc, certains ont eu l'audace d'essayer de s'en emparer avant qu'elle n'arrive à destination. Bien sûr, ils ont engagé des gens qui ont fait sauter le mur, mais ils n'ont rien trouvé et sont partis sans demander leur reste.

Quelque chose du genre, du moins, c'était à retravailler, alors il exposa ses idées à Amèlia et lui dit qu'au moins, sa situation ne serait pas compromise, et qu'elle pourrait l'aider à peaufiner son plan, qu'ils devaient exécuter très rapidement. C'était la raison pour laquelle il ne s'agissait que d'un brouillon en ce moment... Rodym attendit tranquillement son avis, une main sur sa blessure, tandis que la douleur s'estompait peu à peu.

-Alors... qu'en pensez vous ?

Demanda-t-il pour briser le silence qui s'était installé un peu trop vite à son goût. Il était tendu car les médias étaient déjà sur les lieux, il le savait... Il s'agirait aussi de dissimuler sa blessure, mais il pourrait peut-être se servir de son pouvoir qui modifiait son apparence... Si c'était possible, il n'en savait rien du tout... Sinon, il raconterait qu'il avait été blessé en empêchant les voleurs de s'emparer de la toile. Il se leva péniblement, fit quelques pas et s'approcha d'une des toiles accrochées au mur, pour délicatement soulever l'image, qui en fait en cachait une autre derrière... Il l'avait toujours gardée chez lui, soigneusement dissimulée derrière un tableau banal. Il n'avait pas laissé l'œuvre dans sa bibliothèque, c'était trop risqué...
Revenir en haut
Amèlia
Invité





MessagePosté le: Mer 10 Sep - 20:49 (2008) 
Sujet du message: [Boyer] Maison de Rodym
Répondre en citant

Certes, Amèlia était très fière de son idée. Elle était aussi contente d'elle car elle se sentait un peu utile. Car, au château, il n'y aviat pas grand chose d'utile qu'elle pouvait faire si ce n'était que de ne pas donner une mauvaise image de la royauté espagnole...! Mais, cela n'alla pas plus loin car Rodym lui prit gentiment la main en souriant ''Pardonnez moi, mais je ne peux vous faire ceci. En premier lieu, votre visite ici serait compromise, et un attentant réel pourrait se produire. De plus, si je reste ici tandis que vous allez là bas, vouspourriez avoir des ennuis sur le chemin du retour, et peut-être pire. Je ne vous laisserai pas gâcher votre voyage pour un incident produit par ma faute. Vous étiez simplement au mauvais endroit au mauvais moment. Je sais qu'il faut agir, et je suis d'accord en partie avec votre plan, mais révéler que vous êtes une princesse est impensable. Il vaut mieux réfléchir à la situation avant d'agir. Il faut trouver un autre rôle pour vos gardes, ainsi qu'une autre raison de l'attaque dans ma bibliothèque. Alors s'il vous plaît, prenons le temps d'y retourner ensemble avec une meilleure solution.'' Oh... Lia ne sut si ce qu'elle ressentait était de la déception ou du soulagement... en fait, elle était à la fois déçu que son plan ne soit pas correct mais aussi heureuse de voir qu'il se souciait d'elle et de sa sécurité. N'était-il pas gentil?

Soupirant, elle se dit que tous les préjugés sur les ahrannkens ne sont que des balivernes. Ce n'était pas des démons. Loin de là! Les deamons, oui, étaient démoniaques! Elle en avait vu à l'oeuvre et dieu qu'ils étaient laids aussi! Brrr! Elle en firssonnait intérieurement. Raciste... voilà tout! Les gens n'acceptaient pas les ahrannkens tout comme ils n'acceptaient pas que les noirs soient leur égales il y a de cela plusieurs siècles déjà. Comme le monde était borné et difficile... différent? Et puis! Ils n'en restaient pas moins tout autant intelligent. Elle refusait de croire qu'il n'y ait que gentil et méchant. Elle se le refusait catégoriquement. C'était impossible. L'équilibre? Ah! Et bien, si on écoutait aussi bien ses cours de sciences qu'elle, tout le monde devait savoir que pour l'équilibre, il fallait trois forces! Le positif, le négatif, et le neutre! Tous commes les atomes... ce qui constitue toutes matières. Un atome est entouré d'électrons et de protons que se font constamment la guerre et qui exploserait au contact si les neutrons n'étaient pas là pour les éloigner... Mais bon. Ça, c'était purement de la supposition car c'était trop petit pour en être sûr. *Ah! Amè... tu t'éloignes! Trouves une solution, une solution pour expliquer tout ce bordel... oh et mes gardes! Les pauvres...* Se secouant intérieurement, elle chercha un moyen de tout expliquer mais là, elle n'avait juste tout simplement rien qui lui venait à l'esprit.

Un peu enthousiste, Rodym lui sortit une autre idée. Il avait un ami qui s'occupait d'un misée en ville et qui lui avait confiée une oeuvre d'art de grande valeur qui devait être expédiée au musée dans peu de temps. Certains colectionneurs auraient eu l'audace d'essayer de s'en emparer avant qu'elle arrive au musée et ils auraient ainsi donc engagé des gens qui ont fait sauter le mur et ils sont partir sans demander leur reste, n'ayant rien trouvé. Aussi, les deux gardes auraient été drogués. Il ajouta qu'ainsi, sa situation ne serait pas conpromise et qu'elle pourrait l'aider à peaufiner son plan qui devait être exécuté très rapidement. Il finit en lui demandant ce qu'elle en pensait en perçant le silence qui s'était rapidement installé tandis qu'elle y pensait. Fronçant ses petits sourcils sous la concentration, elle pencha légèrement la tête en se demandant ce qu'il y aurait à améliorer là-dedans. Pendant qu'elle y pensait, son ami se leva et s'approcha d'une des toiles au mur de laquelle il souleva l'image. Surprise, elle admira l'oeuvre qui y était dissimulée. Mais c'était incroyable! C'était un véritable Monet! Son peintre préféré de plus! Les yeux écarquillés, elle en oublia de dire à l'ahrannken qu'il ferait mieux de rester assis et se dirigea à pas lent vers la toile avant de froler le cadre du bout des doigts, n'osant pas toucher le chef-d'oeuvre. Se tournant vers Rodym, elle lui demanda:

- Dites c'est un vrai? Un véritable Monet? Il doit coûter une véritable fortune! C'est une chance inouie pour votre ami d'avoir un tel chef-d'oeuvre!! Oh euh... vous devriez vous rasseoir que j'essait de faire un meilleur bandage. Où gardez-vous la trousse de premier soin??
Revenir en haut
Rodym
Invité





MessagePosté le: Jeu 9 Oct - 19:52 (2008) 
Sujet du message: [Boyer] Maison de Rodym
Répondre en citant

Ah, il ne put faire autrement qu'être amusé par la réaction de sa nouvelle amie face à l'oeuvre qu'il avait si aisément dissimulée. Il savait lui aussi en apprécier la beauté, mais d'une façon plus... calme, retenue. Il n'avait jamais été vraiment... expressif en toutes choses, seulement en certaines circonstances. Bref, des exceptions. Il n'écoutait pas vraiment ce que Lia disait, plutôt préoccupé par son plan, si ça ne fonctionnait pas, les inconvénients... Ils disposaient de si peu de temps ! Toutefois, il répondit mécaniquement à la question de la trousse de premiers soins.

-Dans la chambre de bains, empruntez le couloir, deuxième porte à droite.

Il ne sentait pas vraiment le besoin qu'elle lui fasse un meilleur bandage, mais bon... Si cela lui faisait plaisir, cela ne lui dérangeait pas tant que ça. Ses blessures pourraient guérir avec ce bandage rudimentaire, il n'avait pas besoin de plus. Le saignement n'avait pas arrêté, mais il ne s'en souciait pas à ce point. Bien qu'il le sentait ruisseler sur sa peau, suinter du bandage qui en avait déjà pas mal absorbé, considérant la matière dont il était fait, il ne s'en préoccupait toujours pas outre mesure. Bien qu'elle n'y croyait pas, en effet, c'était un véritable. Quelque chose de très précieux d'un point de vue artistique, même si tout ce qui intéressait certains ignares, c'était sa valeur monétaire.

Plus il y pensait, et plus Rodym se disait qu'il serait assez facile de rendre leur plan plus plausible, leur plan car ils y travailleraient ensemble tous les deux. Durant son départ à la recherche de la fameuse trousse de premiers soins, il prit le temps de réfléchir un peu... Tout ceci était tellement contre nature pour lui, dans le sens de se rapprocher si vite des gens, de faire confiance malgré son secret, malgré son apparence qui inspirait tant le dégoût... Comment était-il possible qu'une quelconque fascination puisse être envisageable ?

Elle était soit dérangée, soit simplement vraiment à part des autres gens. Ce n'était pas vraiment quelque chose de désagréable, après toutes ces années, il pouvait enfin partager ce lourd et terrible secret... Qui lui pesait bien plus car il avait si peu de souvenirs ! Si peu de connaissances sur ce qu'il était, sur ce qu'ils faisaient... Seul un représentant de sa race pourrait l'éclairer, mais l'Ahrannken préférait vraiment se tenir à part d'eux... Cela signifierait pour lui gâcher un peu des efforts qu'il mettait à croire en sa propre façade, piètre mais souvent convaincante, d'humanité. De l'aspect et des manières humaines qu'il essayait de se donner tous les jours. Il sourit à cette perspective, d'enfin comprendre et réaliser que ses efforts pour se mêler aux humains étaient plus aisés qu'il ne le pensaient, qu'ils portaient fruit assez aisément en fin de compte.

C'était certain qu'avec son don, il avait vraiment l'avantage, tant que rien de dur à gérer se produisait.. Un peu comme quelqu'un qui finissait par sentir ses griffes ou toucher ses ailes accidentellement... Ça avait été tellement embarrassant et agréable à la fois ! Ce n'était pas comme si ces parties de son... corps (Rodym détestait admettre qu'elles en faisaient partie.. ) étaient touchées souvent. Le plaisir, amené par la découverte de l'inconnu. Se sentirait-il ainsi s'il en découvrait plus avec sa race ? L'ahrannken ne saurait le dire pour le moment... Tous ces évènements ne pouvaient être analysés si rapidement par son cerveau, il avait autre chose de plus prioritaire en tête en ce moment. Comme leur plan, bien entendu. Le reste pouvait attendre. Ce fut à ce moment, comme s'il était parfaitement synchronisé, que son amie revint, brandissant la trousse de soins. Super. Il allait encore se faire traiter aux petits oignons. Roulant les yeux, il reprit sagement sa place sur le lit. Mais avant... Rodym demanda quelque chose d'étrange à sa nouvelle amie.

-Comment... comment est-ce qu'elles sont ? Les ailes, c'est comment de les toucher ? J'ai toujours été curieux... de connaître le point de vue de quelqu'un d'autre à qui elles n'appartenaient pas... Ce n'est pas trop... ça n'entraîne pas trop de répulsion à mon égard ?

Dit-il avec une innocence qui lui était nouvelle, il devait se l'avouer. Ce trait de caractère était bien celui qui lui ressemblait le moins, à un tel point qu'il en fut surpris lui même et regretta sa question. Pourtant, comme il voulait vraiment savoir la réponse depuis très longtemps... Il ne la retira pas, attendant sagement. Elle lui répondrait probablement en commençant son nouveau bandage, celui-là qui serait probablement plus efficace et approprié que du simple tissu déchiré...
Revenir en haut
Amèlia
Invité





MessagePosté le: Jeu 6 Nov - 14:41 (2008) 
Sujet du message: [Boyer] Maison de Rodym
Répondre en citant

Amèlia hocha la tête lorsqu'il lui répondit et se retint de lui faire remarquer qu'on disait salle de bain et non chambre de bain. Chambre étant un endroit pour dormir. Elle alla donc dans le couloir et pris la deuxième porte à droite. Elle repéra aisément la pharmacie et trouva un peu tout ce dont elle avait besoin et trouva du vrai bandage et du désinfectant. Certes, elle était loin de se douter que son.. nouvel ami était en train de se dire qu'elle était dérangée ou complètement pas normale! Alors qu'au fond, elle était tout simplement ouverte. Cette manie des humains à considérer que seul leur corps est beau et qu'on petit bonhomme vert, c'est laid. Oui bon, il faut avouer de la manière que sont représentés les extra-terrestres, ce n'est jamais bien beau et, même s'il n'existe pas, Amè est de ceux qui croit qu'un jour, il débarqueront sur la planète. Non pas qu'elle croyait que Rodym était un extra-terrestre! Ne mélangeons rien!

Elle revint, bien contente de sa trouvaille, avec la trousse et se diriga aussitôt vers l'Ahrannken. Elle ne manqua pas de remarquer qu'il roula les yeux et elle eut un sourire en le voyant reprendre sa place avant qu'elle n'ait à le lui dire. ''Comment... comment est-ce qu'elles sont ? Les ailes, c'est comment de les toucher? J'ai toujours été curieux... de connaître le point de vue de quelqu'un d'autre à qui elles n'appartenaient pas... Ce n'est pas trop... ça n'entraîne pas trop de répulsion à mon égard ?'' QUO-OI?! Elle se retint de le crier. Répulsion? Pas le moins du monde! C'était absolument fantastique! Elles étaient magnifiques! Elle lui sourit gentiment. Il n'avait pas à craindre aucunes répulsions de sa part, surtout pas d'elle! Il aurait pu être une créature avec d'immense verrues qu'elle lui aurait souri. Ouais bon, disons que ce n'était pas nécessaire joli et que la comparaison était moche. Mais c'était elle.

Elle commença à sortit ce dont elle avait besoin de la trousse et à défaire son bandage. Elle voulait bien choisir ses mots car, même si l'intention était bonne, elle avait un certain don pour ne pas dire les bons mots et revirer cela contre elle. Avec douceur, elle retira le bandage de fortune, déjà fort souillé, et posa une compresse sur la blessure pour éviter que cela lui saigne dessus. Elle sortit ensuite le désinfectant de sa main libre et dit:

- Prenez une grande inspiration, ça va chauffer. Puis elle commença à appliquer l'alcool sur la plaie en reprenant la parole, un peu pour lui changer les idées: Pour vous donnez mon avis sincère, je ne trouves pas cela répugnant le moins du monde. Même que je trouve vos ailes absolument magnifiques. Votre race même est magnifique. En quelque sorte, vous me faites un peu penser aux fées... vous avez des ailes, et, jusqu'à maitenant du moins, je n'ai pas rencontrer un seul représentant de votre race qui ne soit disgracieux. Les toucher c'est un peu comme... froler de la soie. Bien que ce ne soit qu'une sorte de toile, elles sont incroyablement douces.

Et ceci dit, Lia mis le nouveau bandage en place, ayant fini de désinfecter la plaie. Un coup que ce fut fini, elle se redressa et mis ses mains sur ses hanches, ayant terminé son ''travail''. Satisfaite du résultat, elle sourit.


[Beurk, je le pensais plus long que ça... dsl du temps de réponse!]
Revenir en haut
Rodym
Invité





MessagePosté le: Ven 17 Avr - 21:27 (2009) 
Sujet du message: [Boyer] Maison de Rodym
Répondre en citant

Pas trop doué pour les remerciements et encore moins habitué de recevoir des compliments, Rodym ne trouva rien à dire et se contenta de bredouiller un simple "Hm". Son bandage à présent terminé et en bon état, il se permit encore quelques pas dans la pièce. Il serait bientôt temps d'aller rejoindre les autorités pour donner leur version des faits. S'ils n'étaient pas présents bientôt, ils risqueraient de passer pour des suspects.. Enfin, surtout Amèlia. Mais pour l'instant, il était impensable qu'il aille à l'extérieur avec les vêtements qu'il portait actuellement. Lacérés, endommagés, tachés de sang. Il se saisit d'une nouvelle tenue, plutôt sobre et simple, mais qui paraissait toujours bien. Jeans et T-shirt blanc un peu moulant, ainsi qu'une veste assortie. Sur ce, il retourna immédiatement à son invitée, puis lui annonça où ils allaient. Ses anciens vêtements furent directement jetés, ils ne serviraient plus à rien de toute façon.

-On doit y aller, si vous voulez bien me suivre...

Lança Rodym tout en se dirigeant vers la sortie, marchant d'un pas précipité, prouvant qu'il avait hâte que l'affaire soit réglée. Toutefois, il attendit bien sûr que son amie le rattrape, l'ahrannken avait besoin d'elle pour que leur témoignage soit complet. Du coin de l'oeil, il l'observait discrètement, et se demandait ce qui, chez une personne si belle, pouvait éveiller un quelconque intérêt envers lui... Il était si horrible après tout. Bref, il aurait plein de temps pour y réfléchir plus tard. Il était encore enchanté par le sourire qu'elle lui avait adressé lorsque son bandage fut terminé. Elle était probablement juste satisfaite du résultat, ça n'avait aucun lien avec lui, forcément. Il commençait surtout à se dire que tout cela pouvait attendre... Il était encore un peu fatigué après tout. Qu'est-ce qu'avait cette blessure à refuser d'arrêter de saigner ? Il commençait à se sentir étourdi.. Mais était-ce seulement à cause de la perte de sang ? Rodym commençait fortement à douter que c'était aussi simple. Il dût rapidement s'adosser à un mur tout près, histoire de prendre quelques grandes respirations.

-Arrêtons nous un instant... Je ne me sens pas très bien.

Sa tête commençait à être emplie d'un étrange brouillard, ça ne pouvait être considéré comme normal, ni pris à la légère. Est-ce que cela avait un quelconque lien avec son combat ? Juste d'y repenser, ça le répugnait. Il n'avait pas apprécié l'expérience, mais ce n'était plus un choix à ce moment là. C'était combattre ou mourir. Comme il n'en avait aucun désir, le seul choix qui s'était proposé à lui avait été d'éliminer ses deux opposants. Parfois, certains sacrifices sont nécessaires. Et puis, ces deux Deamons auraient pu s'en prendre trop facilement à l'humaine qui l'accompagnait. Il ne pouvait pas supporter qu'un meurtre se produise devant ses yeux alors qu'il pouvait agir. Ses pensées l'envahissaient, et empêchaient toute discussion pour passer le temps. Tout en essayant de lutter contre l'étrange brouillard, Rodym essayait de conserver en tête leur plan d'action. Mais, dès qu'il regarda sur le sol, il sursauta. Son T-shirt était foutu, complètement imbibé de sang, et le sol était marqué par une énorme tache rouge. Tant que ça, en si peu de temps ? Pourquoi ?

Qu'est-ce que cela voulait signifier ? Il examinait sous tous les angles toutes les possibilités. Qu'est-ce qui pouvait empêcher sa plaie de se refermer, ou du moins d'arrêter de saigner ? Qu'est-ce qui avait pu se produire ? Les Deamons auraient-ils trouvé un nouveau moyen de lutter contre sa race ? Et pourquoi il ne pouvait pas vivre en paix même s'il ne co-existait pas avec eux ? Pourquoi ce fardeau ? Pourquoi cet héritage non désiré et tout cela à cause de sa race ? Aurait-il pu naître humain et ne se soucier de rien ? Tout aurait été trop facile, bien entendu. Sa vie n'avait jamais été simple, du début à la fin. Et il voulait tant se souvenir de tout. Des migraines commençaient à l'assaillir, et sa vision se troublait. Le sang continuait de s'empiler sur le sol. Et soudain, Rodym comprit enfin. Malheureusement, il était trop tard, l'Ahrannken sombrait déjà dans l'inconscience. Il murmura tout simplement, dans un dernier souffle, un seul mot qui voulait tout dire

-Poison...

Et alors, tous ses sens l'abandonnèrent. Il ferma les yeux et son corps resta là, à choir dans son propre sang. Teinté de rouge dans cette ruelle, il ne pouvait rien faire et se souvenait à peine de son nom. Il le sentait, à présent, le feu qui irradiait sa poitrine, c'était horrible et il se répandait dans toutes ses veines. Son organisme déjà affaibli ne pouvait combattre efficacement ce poison, qui en profitait pour l'attaquer de l'intérieur. Allait-il mourir ? Le poison pouvait-il être extrait ? Il y avait un moyen qu'il connaissait, seulement Rodym n'était pas en état de dire quoi que ce soit à Amèlia pour pouvoir l'aider. Elle devrait se débrouiller seule. Pouvait-elle y parvenir ? Il n'avait aucun autre choix que de lui faire confiance. Maintenant sans connaissance, il y avait un autre problème. Sa réelle apparence était exposée à tous. Il ne pouvait se servir de son pouvoir en ces circonstances, être conscient était le premier pré requis. Il espéra seulement, avant de perdre les dernières bribes de sa conscience et de sombrer dans le néant que son amie aurait la brillante idée de le soustraire aux regards indiscrets... Tant pis pour le plan, il devrait attendre.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:31 (2017) 
Sujet du message: [Boyer] Maison de Rodym

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Éclipse Terra, le monde d'au-dessus Index du Forum -> Archives -> Toutes les archives -> En Jeu Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
MSTrenches war Theme © Matt Sims 2004

Title Images © Medal of Honour - EA Games
Powered by phpBB © 2001, 2004 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com